Christophe Casalegno

« gilets jaunes » : pourquoi je suis contre ?

Vous êtes plusieurs a m’avoir interpellé au travers des réseaux sociaux au sujet de cette énième manifestation et je vais tacher de vous expliquer, en quelques mots, pourquoi je ne soutiens pas cette manifestation et les gilets jaunes.
 
En préambule je tiens a préciser ma position, plusieurs personnes m’ayant demandé comment on pouvait être « pour » les taxes : je ne suis pas « pour » les taxes : expatrié en Irlande mais payant toujours mes impôts et charges sociales en France en *plus* des impôts Irlandais.
 
Je suis le partisan d’un régime dans lequel l’état ne s’occupe que des taches dites « régaliennes » laissant donc pour le reste la liberté aux gens de s’organiser comme ils le souhaitent. Pour le Français moyen, je suis probablement positionné à mi-chemin entre le libertarianisme et l’ultra-libéralisme.

 
pollution
 

Ceci étant dit, alors que le 2 août 2017, l’espèce humaine avait déjà consommé plus de ressources que ce que la terre peut lui fournir en un an et que la pollution, la déforestation, le réchauffement climatique et les émissions massives de CO2 menacent directement l’existence même de notre espèce, il aura suffit d’une hausse de quelques centimes du prix du carburant pour que le Français moyen qui n’en à « rien à taper » des sujets évoqués se lève pour venir bloquer le pays
 
Désolé mais pour moi c’est inacceptable : jamais on ne me verra dans une manifestation contestataire primaire qui n’a aucune solution a proposer et aussi ridicule avec tous les vrais sujets qu’il y a à traiter.
 
Je m’adresse à ceux-là qui ont mis leur « gilet jaune » : pensez vous vraiment que cette taxe soit plus importante que l’avenir de vos enfants ou de toute l’espèce humaine ?
 
Comment justifiez vous les blocages qui n’ont pour effet que d’au mieux, gêner d’autres concitoyens, au pire mettre leur vie en danger, le tout avec un impact économique pour le pays que *vous* avez provoqué et qu’il faudra payer sous forme d’impôts qu’ils soient directs ou indirects ?
 
Chacun est libre de choisir ses combats : j’ai choisi les miens et je vous laisse avec votre conscience, vous poser la question des vôtres

 
Christophe Casalegno
Vous pouvez me suivre sur : Twitter | Facebook | Linkedin | Telegram

Leave a Comment