Christophe Casalegno

Virus informatiques : les origines

IBM Mainframe 7090

>Hello world, dans ce post je vais vous raconter l’histoire des virus informatiques : les origines.

Cette histoire commence en Août 1961 : trois jeunes programmeurs des célèbres Bell Laboratories (ATT), Robert Thomas Morris, Douglas McIlory et Victor Vysottsky, développent un jeu appelé Darwin qui se joue sur mainframe IBM 7090.

Le jeu est composé d’un programme « umpire » ainsi que d’une section de la mémoire de l’ordinateur, appelée « l’arène » dans laquelle 2 programmes ou plus, écrits par les joueurs sont chargés.

Les programmes sont écrits en langage machine pour 7090 sur cartes perforées, et peuvent appeler un certain nombre de fonctions fournies par « umpire » dans le but d’occuper d’autres emplacements dans l’arène, de tuer les programmes ennemis et de remplir toute la mémoire libre par des copies d’eux même.

Le jeu peut se terminer après une durée prédéfinie ou quand il ne reste plus qu’un seul programme en vie : le joueur qui a écrit le programme qui reste le dernier survivant est déclaré vainqueur.

IBM Mainframe 7090

Ces programmes (les combattants) qui s’affrontent dans une arène ont notamment inspirés le film Tron dans lequel un programmeur est projeté à l’aide d’un système de dématérialisation, au cœur d’un système informatique.

Cependant, le jeu ne perdure pas car Robert Thomas Morris réussi alors à développer un combattant composé de 44 instructions, capable d’adapter sa stratégie et de se protéger, que personne n’arrive à vaincre : de ce fait, plus personne ne développe alors d’adversaire et le jeu est abandonné.

C’est suite à l’abandon de Darwin, entre 1961 et 1970, exacte, que va naître le véritable ancêtre des virus : le Core War, appelé également le jeu des programmeurs. A l’instar de Darwin dont il s’inspire, le Core War consiste à faire s’affronter au minimum 2 programmes où chacun a pour objectif de détruire le ou les programme(s) adverse(s) et d’occuper toute la mémoire disponible en assurant sa prolifération.

L’arène se trouve maintenant au sein de l’espace mémoire d’une machine virtuelle appelée Mars, au sein duquel l’attaquant, qui ignore où sont situés les différents segments de son adversaire, a l’instar d’une bataille navalle, doit le localiser et le détruire.

Le langage utilisé pour créer ses combattants dans le Core War, le RedCode est proche de l’assembleur avec toutefois un jeu d’instruction simplifié. Il s’exécute dans une machine virtuelle appelée MARS pour Memory Array Redcode Simulator.

Il existe plusieurs versions du langage RedCode dans lesquelles le nombre d’instructions peut varier, mais reste (très) proche d’un assembleur.

Malgré l’utilisation de ce langage au jeu d’instruction réduit, le Core War intègre dès sa création, la plupart des mécanismes viraux et anti-viraux connus aujourd’hui : réplication, protection, polymorphisme, destruction, réparation, furtivité, injection de code, arrêt d’un processus et même la reconnaissance des signatures si chère à la plupart de nos antivirus aujourd’hui encore.

Le vainqueur est celui qui possède à la fin de la partie, le plus grand nombre de copies actives du programme. Dans le cas ou la partie n’est pas limitée dans le temps, celui qui a réussi à détruire le programme adverse est déclaré vainqueur.

Nous venons de voir comment durant prés de 10 ans, les mécanismes pré-figurants des virus sont apparus, mais il faudra attendre encore plus de 10 ans de plus pour voir apparaître le premier virus.

En parlant de ce premier virus, que peut on en dire ? De nombreuses sources sur Internet ou ailleurs citent « Brain » comme étant le premier virus de l’histoire. Celui ci, développé en 1986 par deux frères Pakistanais, les frères Alvi contaminait les disquettes (5″ ¼ uniquement) et ne s’attaquait pas aux disques durs. Durant l’infection, Brain se plaçait sur le secteur de démarrage de la disquette puis renommait le nom de volume de la disquette par l’intitulé « (C) Brain ».

Cependant Brain n’est pas le premier virus recensé : en effet la paternité du premier virus revient à Rich Skrenta , un étudiant américain alors âgé de 15 ans, qui en 1982 crée Elk Cloner … sur Apple II.

Elk Cloner envoyait un poème expliquant sa manière de s’auto-répliquer. Rich aurait ainsiréussi à infecter les ordinateurs de ses amis en leur proposant des jeux piratés infectés.

C’est ainsi que s’achève la “préhistoire” des virus informatique, qui sont depuis bien longtemps déjà, entrés dans l’histoire.

En video ? Follow the white rabbit: https://www.youtube.com/watch?v=Ya6nw1VwFlA

You can follow me on : Twitter | Facebook | Linkedin | Telegram

Leave a Comment